Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 21:50

Aujourd'hui, j'ai envie de vous présenter un livre qui m'a beaucoup touchée.

D'autant plus que j'ai découvert que le dernier pénitencier pour enfant a fermé en 1977. C'était celui de Belle-Ile-en Mer. 

 

...  ou l'histoire des souffrances d'enfants dans un bagne privé.

 

 

422847430 ML.jpgle levant

 

 

Claude Gritti est né au Lavandou (Var). C'est un ancien garagiste passionné de pêche et d'histoire. Il est aussi écrivain. Il découvre l'existence du pénitencier en travaillant sur le projet de réécrire la toponymie de l'île du Levant, au large de Hyères dans le Var, selon la mémoire orale des pêcheurs. Il décide de raconter l'histoire de ces enfants dont chacun a oublié l'existence pour leur rendre hommage. Il a même érigé une stèle en leur honneur.C'est dans les archives administratives qu'il a trouvé les renseignements et qu'il a pu reconstituer leur existence au pénitencier.

 

Les Iles du Levant, Port Cros et Porquerolles ont assez souvent changé de main avant d'appartenir à l'état. En 1850, le propriétaire de l'île du Levant, un comte, demande l'autorisation de créer un pénitencier agricole pour avoir une main d'oeuvre bon marché afin de remettre en ordre l'île laissée à l'abandon. Les délais sont trop longs pour qu'il en profite, il revend rapidement l'île au Comte Henri de Pourtalès. En 1860, l'autorisation de créer la colonie pénitencière est accordée.

En autorisant les bagnes privés, Napoléon III entend débarrasser le pays de ses petits délinquants, gavroches, vagabonds et orphelins qui abondent.

 

Le premier contingent d'enfants arrive dès 1860. On les sort de la prison de la Roquette à Paris. Ils sont 60 garçons, âgés de cinq à vingt et un ans. Escortés par 12 gendarmes à cheval, chaussés de sabots de bois, en plein mois de février, ils vont rejoindre Toulon à pied, par étapes quotidiennes de 30 kms. Ils sont là pour la plupart pour de menus larcins tels que le vol d'un quignon de pain...

 

La colonie se propose officiellement de rééduquer les jeunes délinquants dans un esprit philanthropique. Il s'agissait de séparer les mineurs des criminels endurcis. L'idée était de prêcher la rédemption par le travail donc d'apprendre un métier à ces enfants. Dans la réalité, ils vont être employés à des tâches extrêmement dures pour des enfants et au travail forcé. Sous alimentés, ils subissent des brimades physiques et psychologiques.

Ceux qui ont le plus de chance travaillent à la fabrication de pipes de bruyère ou aux cuisines. Les autres sont chargés de défricher l'ile, d'extraire les souches de bruyère, de cultiver...

Levés à l'aube, ils finissent de travailler à 19 heures. Une seule pause par jour, à midi, repas frugal et un verre d'eau. Petit déjeuner léger. Un verre d'eau en guise de goûter. Soupe claire au souper.

Dix pour cent des enfants envoyés au bagne y sont morts, soit cent gamins. A la fin du livre, l'auteur égrène leurs noms et âges: quatre d'entre eux n'avaient que dix ans. Ils sont morts pour la plupart d'épuisement extrême, de malnutrition morbide ou de tuberculose. Lorsqu'ils étaient malades, ils n'étaient pas soignés. Le docteur, seul, leur apporte un peu d'affection, mais sans médicaments, sans nourriture à leur fournir, il ne peut que les regarder mourir.

Certains se sont suicidés. Un petit nombre est mort noyé en cherchant à s'évader. Les autorités alertées n'ont pas bougé le petit doigt.

Lorsqu'il manquait de bras, le propriétaire demandait des enfants supplémentaires. Les adultes présents dans le pénitencier sont tous complices voire tortionnaires. Ces enfants ont fait preuve d'une force morale incroyable, confrontés à la cupidité de l'économe, à l'indifférence du directeur, à l'impuissance des populations locales, à leur lâcheté aussi sans doute...

 

Parmi ces pauvres gamins, un petit groupe s'est créé, les "Vulnérables". Il était composé de Jean Devillaz, un savoyard costaud qui avait fui les sévices imposés par son oncle, Théo Gruner matelot de 8 ans arrêté pour une bagarre sur le port de Marseille, Rocelin apprenti forgeron et Beaumais jeune aventurier belge. Ensemble, ils vont survivre aux brimades, aux privations, aux mutineries et aux évasions qui se succèdent jusqu'à leur libération. Ensemble aussi, unis, ils défendent les plus jeunes et les plus fragiles.

Les enfants du pénitencier se sont révoltés et leur tentative sanglante a échoué le 2 octobre 1866.Ce jour-là, 14 enfants ont péri dans l'incendie qu'ils avaient eux-même allumé pour se mutiner.

 

Enfin, alertées (mais pas pour la première fois que ce soit clair !) les autorités décident de fermer la colonie pénitentiaire en 1876 ou 1878. (J'ai deux dates différentes et ne sais quelle est la date exacte)

 

Tout le monde s'empresse d'oublier l'histoire. Aujourd'hui, l'île est coupée en deux. Une partie est terrain militaire. C'est là que Claude Gritti a retrouvé le cimetière des enfants du bagne. La base est construite dessus....

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

S
<br /> C'est atroce de savoir que l'on a cautionné cet esclavage... Des enfants ! Quelle honte encore une fois de voir que l'Homme est capable du pire...<br /> Bonne soirée Mireille<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Bonsoir Sylvie,<br /> <br /> <br /> Et encore, j'ai vraiment résumé le résultat de mes recherches. tu te rends compte que le dernier pénitencier a fermé en 1974, j'avais 19 ans.... et personne n'en parlait ! Bon dimanche Sissi et<br /> bisous. Mireille<br /> <br /> <br /> <br />
U
<br /> Encore une page très sombre de notre histoire de France... A méditer... Merci pour ce partage !<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Après avoir découvert cette histoire, je me suis penchée sur la question. Terrifiant ! Je suis maintenant attentive à tout ce qui se met en place pour les jeunes par le biais de l'Unicef. Un<br /> enfant même délinquant reste un enfant. Merci, de ce petit tour sur mon blog. Bonne nuit, Mireille<br /> <br /> <br /> <br />
O
<br /> Merci Mamette pour cette terrible histoire du bagne pour enfants des îles du Levant.<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Du coup je me suis penchée sur l'histoire de ces pénitenciers d'enfants que j'ignorais complètement. C'est effarant et si proche de nous. Merci de venir me lire.<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Le blog de le-panier-a-histoires-de-memette.over-blog.com
  • : Journal d'une conteuse amateur: - récits de mes expériences de conteuse. - contes de mon panier:
  • Contact

Recherche

Archives