Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 08:00

 

 

A l'équipage de la coquille de noix.

Cette fois, j'ai compris la consigne ! Formidable ! Voici donc ma contribution et hissez haut les voiles, nous levons l'ancre. Cap sur une étrange histoire.

 

"The rime of the ancient mariner" a été écrit par le poète Britannique Samuel Taylor Coleridge entre 1797 et 1799. J'avais étudié ce texte lorsque je préparais ma licence d'anglais. Je l'ai redécouvert spécialement pour la poésie du jeudi et j'y ai pris beaucoup de plaisir. M'est venue l'envie de partager avec vous.


Ce long poème romantique qui décrit les aventures surnaturelles d'un capitaine de bateau comporte 8 parties. Il y est question de malédiction, de navire fantôme, de naufrage, de mort...

Je ne vous en donnerai qu'un extrait. Vous pourrez suivre le lien en fin de texte pour lire l'intégralité.

 

 

   Le Dit du vieux marin                 

 

C’EST UN ANCIEN MARIN ; trois jeunes gens passent, il en arrête un.


« Par ta longue barbe grise et ton oeil brillant, pourquoi m’arrêtes-tu ?
La porte du marié est toute grande ouverte, je suis son propre parent, les hôtes
sont arrivés, la noce est prête, n’entends-tu pas son joyeux bruit ? »


Le vieux marin serre le bras du jeune homme de sa main décharnée : « Il y avait
un vaisseau... dit-il. - Lâche-moi, ôte ta main, drôle à barbe grise ! »Et aussitôt la
main tombe.


Le marin retient le jeune homme avec son oeil brillant. Le garçon de noce demeure
tranquille et écoute comme un enfant de trois ans : le marin a sa volonté.


Le garçon de noce s’assit sur une pierre : il ne peut s’empêcher d’écouter ; et
ainsi parla le vieil homme, le marin à l’oeil brillant :


Le navire salué de cris avait franchi le port : gaiement nous laissâmes derrière
nous l’église, la colline et la tour du fanal.


Le soleil parut à notre gauche, s’éleva de la mer, brilla, et vint à notre droite se
coucher dans la mer.

 

[..............]

 

Bientôt il s’éleva une tempête violente, irrésistible. Elle nous battit à l’improviste
de ses ailes et nous chassa vers le pôle sud.


Sous elle, le navire, avec ses mâts courbés et sa proue plongeante, était comme
un malheureux qu’on poursuit de cris et de coups, et qui, foulant dans sa course
l’ombre de son ennemi, penche en avant la tête : ainsi nous fuyions sous le mugissement
de la tempête et nous courions vers le sud.


Alors arrivèrent ensemble brouillard et tourbillons de neige, et il fit un froid extrême.
Alors des blocs de glace hauts comme les mâts et verts comme des émeraudes
flottèrent autour de nous.


Et à travers ces masses flottantes des rocs neigeux nous envoyaient d’affreuses
lueurs : on ne voyait ni figures d’hommes, ni formes de bêtes. La glace, partout la
glace.


La glace était ici, la glace était là, la glace était tout alentour. Cela craquait, grondait,
mugissait et hurlait, comme les bruits que l’on entend dans une défaillance.


Enfin passa un albatros : il vint à travers le brouillard ; et, comme s’il eût été une
âme chrétienne, nous le saluâmes au nom de Dieu.


Nous lui donnâmes une nourriture comme il n’en eut jamais. Il vola, rôda autour
de nous. Aussitôt la glace se fendit avec un bruit de tonnerre, et le timonier
nous guida à travers les blocs.


Et un bon vent de sud souffla par-derrière le navire. L’albatros le Suivit, et chaque
jour, soit pour manger, soit pour jouer, il venait à l’appel du marin.


Durant neuf soirées, au sein du brouillard ou des nuées, il se percha sur les mâts
ou sur les haubans, et, durant toute la nuit, un blanc clair de lune luisait à travers
la vapeur blanche du brouillard.


« Que Dieu te sauve, vieux marin, des démons qui te tourmentent ainsi ! Pourquoi
me regardes-tu si étrangement ?

- C’est qu’avec mon arbalète, je tuai l’albatros.»

 

 

Pour ceux qui aimeraient connaître la suite voilà l'adresse du site sur lequel j'ai retrouvé l'intégralité du texte.

 

http://www.livres-et-ebooks.fr/ebooks/La_Complainte_du_vieux_marin-748/


 


Partager cet article
Repost0

commentaires

A
<br /> merci pour ta visite et un trés beau partage que ce pied marin pas évident à prime abord...<br /> Bises, amicalement<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> J'aime beaucoup cette communauté dans laquelle les visites sont réciproques! Je te remercie de ton petit tour chez moi. Bises et bon dimanche.<br /> <br /> <br /> <br />
E
<br /> et bien moi je ne suis pas aussi savante que toi :-)) merci d'avoir mis un texte en français..<br /> <br /> bonne journée<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Oh, savante... non, des reminiscences de mes années d'études, tout simplement! Ce vieux bonhomme hanté par son crime... réel, fantôme... ça m'avait beaucoup plu. Je ne l'ai pas oublié mais j'en<br /> ai oublié tant d'autres! Amicalement.<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> Bonsoir Mémette. Nous avons donc fait toi et moi des études d'anglais ! Très bonne idée, The Ryme Of The Ancient Mariner, merci de me rafraîchir la mémoire. Je viens de lire le passage que tu as<br /> choisi et je vais profiter du lien ! A bientôt, bien amicalement.<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Bonsoir, j'avais beaucoup aimé ce texte et le redécouvrir m'a donné envie de la partager. Angliciste donc toutes les deux. Tu as peut-être vu les quelques contes et légendes écossais que j'ai mis<br /> sur le blog au retour d'un voyage en Ecosse en juillet? Stage linguistique très intéressant. Vacances en même temps. Amicalement.<br /> <br /> <br /> <br />
T
<br /> l'ambiance est à son apogée sur ton billet, ces bateaux et leurs matelôts battus par tous les temps ... tu vois ce qui t'attend sur la coquille de noix !! hihi, battus par les encres et les môts !<br /> bonne soirée Mireille, bravo pour avoir intégré les consignes d'Hauteclaire ! :0)<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Bonsoir Tricôtine, oui, l'ambiance y est. Elle est encore plus terrible quand on lit l'intégralité du poème. Je ne me fais aucun soucis pour la navigation sur la coquille de noix, j'ai le pied<br /> marin ! Amitiés.<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> Salut memette.<br /> Moi je l'avais découvert par l'intermédiaire d'Iron Maiden, et du roman de Tim Powers les voies d'Anubis.<br /> Kubla Khan est pas mal non plus mais inachevé, car il a été dérangé au moment où il le transcrivait juste après son réveil...<br /> <br /> <br />
Répondre
L
<br /> <br /> Comme quoi, on apprend de multiples façons et il ne faut se fermer à rien! C'est vrai Kubla Khan est un beau poème, écrit d'après Coleridge après avoir consommé de l'opium, s'être endormi, créé<br /> dans un rêve. Je pense que ces textes doivent prendre plus d'ampleur en les lisant à haute voix. Mais là, c'est peut-être la conteuse qui parle! Bonne soirée!<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Le blog de le-panier-a-histoires-de-memette.over-blog.com
  • : Journal d'une conteuse amateur: - récits de mes expériences de conteuse. - contes de mon panier:
  • Contact

Recherche

Archives